Chiens de travail

Petit partage d'expérience dans le mushing :

Bonjour à tous,
comme certains le savent déjà, je travaille en élevage depuis 2012 et depuis 2013 dans un élevage de Huskies sibériens en lignée travail.

Ce sont des chiens qui vivaient en France, dans le Var (83) mais qui passaient tous leur hiver dans des lieux comme la Haute-Savoie, la Laponie ou encore l'Alaska, pour participer à des courses longues distances en traineau.

Ils sont depuis la mi-octobre, installés en Suède pour un long moment (pas de retour en France de prévu pour l'instant).

J'ai la chance d'avoir été invitée pour m'occuper des quelques loulous ne participants pas aux courses, et me voilà donc en Suède pour une durée de 6 semaines.

C'est la première fois que je vois ces chiens en période de travail puisque mon boulot consiste soit à les garder hors saison, soit à garder les chiens ne participant pas aux courses.

Je dois avouer avoir été très surprise par mes premiers jours ici (arrivée le 02/02)
Je me faisais une idée du chien de travail qui a changé en quelques jours :

Déjà je constate que pas tous les chiens n'ont envie d'aller tracter. Alors, je me dis qu'ils sont en plein préparatifs pour une course (partis ce matin pour une course en Norvège de 400km) et donc ils ont le droit d'être fatigués par les entrainements. Je vois aussi des loulous qui ne veulent même pas mettre le harnais, qui pour moi devrait être synonyme de tractage et donc de plaisir...

Je constate également qu'ils ont froid ! -20 degrés, lorsqu'ils sortent des nichent ils marchent un peu et la plupart gardent une patte en l'air à cause du froid. J'en vois certains trembler également.

Je vois les vieux loulous en demande, ils font de petites sorties de temps en temps donc activité moins intense...

Je vois également une femme Musher très tenace, qui adore ses chiens mais, de ce que j'en ai vu, qui n'est pas à leur écoute. Déjà niveau lecture du comportement, chaque comportement n'a qu'une seule signification, je m'explique : les chiens étaient truffe en l'air à renifler quelque chose. Pour elle ils ont le nez en l'air lorsqu'il y a des Élans, mais pas parce que sa fille vient de passer presque sous leur nez avec un sceau rempli de viande. Pour elle, un chien qui a peur en traineau il "tire au renard", mais s'il a la queue entre les pattes il n'a pas peur, etc...

Bref, en résumé lorsque j'ai constaté tout ça, je me suis posée 5min en me disant
"Est-ce que je suis sûre que ces chiens là prennent du plaisir dans ce qu'ils font ?"

Et tout ça m'a conduit à remettre en question le chien de travail, du moins dans le mushing car c'est celui que je côtoie de plus prés.

Mais j'ai également croisé des chiens de berger ne voulant pas "troupeauter", ou encore des chiens de chasse n'ayant pas l'instinct chasseur. A contrario, j'ai vu des Bergers Belges ou des Bergers Hollandais ayant une envie et un besoin de travailler très importants, je dirais même, démesurés !

Je commence donc à rejoindre l'avis de ce Musher Québécois que j'ai eu la chance de rencontrer lors de mon voyage au Canada cet été, et avec lequel j'aimerais continuer à discuter car ce monsieur est passionnant. A savoir, est-ce que ce n'est pas simplement l'humain qui conditionne le chien à tracter, à courir toujours plus pour dépasser des limites qui sont à la base celles de l'humain. Je vous laisse lire un de ces articles ici : http://www.manitoumushers.ca/pourquoi-court-ils/

Je serais curieuse d'avoir des retours de personnes possédant des chien de travail (lignée travail), pour savoir si vous avez déjà rencontré ça avec les vôtres ou encore si quelqu'un à déjà eu ce genre d'informations

Merci pour votre lecture :)


Sujet écrit par Waheela le mercredi 7 février 2018 à 17:45

[ Imprimer ] - [ Fermer la fenêtre ]