Accueil   Accueil  | forum   Forum  | articles   Articles  | Contact   Contact  | WoC   WoC  

 
Forum : Masquer l’entête
 
 
Accès rapide :
 

Effectuer une Recherche avancée OU


 
 
Chiens de travail  [8 réponses]
 
 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
Waheela



avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 9 (0.19/Jour)
Inscrit(e) le: 04 janvier 2018
Imprimer Permalien mercredi 7 février 2018 à 17:45  

Sujet déplacé le 12/02/2018 à 13:31 Par Maïorga.
Petit partage d'expérience dans le mushing :

Bonjour à tous,
comme certains le savent déjà, je travaille en élevage depuis 2012 et depuis 2013 dans un élevage de Huskies sibériens en lignée travail.

Ce sont des chiens qui vivaient en France, dans le Var (83) mais qui passaient tous leur hiver dans des lieux comme la Haute-Savoie, la Laponie ou encore l'Alaska, pour participer à des courses longues distances en traineau.

Ils sont depuis la mi-octobre, installés en Suède pour un long moment (pas de retour en France de prévu pour l'instant).

J'ai la chance d'avoir été invitée pour m'occuper des quelques loulous ne participants pas aux courses, et me voilà donc en Suède pour une durée de 6 semaines.

C'est la première fois que je vois ces chiens en période de travail puisque mon boulot consiste soit à les garder hors saison, soit à garder les chiens ne participant pas aux courses.

Je dois avouer avoir été très surprise par mes premiers jours ici (arrivée le 02/02)
Je me faisais une idée du chien de travail qui a changé en quelques jours :

Déjà je constate que pas tous les chiens n'ont envie d'aller tracter. Alors, je me dis qu'ils sont en plein préparatifs pour une course (partis ce matin pour une course en Norvège de 400km) et donc ils ont le droit d'être fatigués par les entrainements. Je vois aussi des loulous qui ne veulent même pas mettre le harnais, qui pour moi devrait être synonyme de tractage et donc de plaisir...

Je constate également qu'ils ont froid ! -20 degrés, lorsqu'ils sortent des nichent ils marchent un peu et la plupart gardent une patte en l'air à cause du froid. J'en vois certains trembler également.

Je vois les vieux loulous en demande, ils font de petites sorties de temps en temps donc activité moins intense...

Je vois également une femme Musher très tenace, qui adore ses chiens mais, de ce que j'en ai vu, qui n'est pas à leur écoute. Déjà niveau lecture du comportement, chaque comportement n'a qu'une seule signification, je m'explique : les chiens étaient truffe en l'air à renifler quelque chose. Pour elle ils ont le nez en l'air lorsqu'il y a des Élans, mais pas parce que sa fille vient de passer presque sous leur nez avec un sceau rempli de viande. Pour elle, un chien qui a peur en traineau il "tire au renard", mais s'il a la queue entre les pattes il n'a pas peur, etc...

Bref, en résumé lorsque j'ai constaté tout ça, je me suis posée 5min en me disant
"Est-ce que je suis sûre que ces chiens là prennent du plaisir dans ce qu'ils font ?"

Et tout ça m'a conduit à remettre en question le chien de travail, du moins dans le mushing car c'est celui que je côtoie de plus prés.

Mais j'ai également croisé des chiens de berger ne voulant pas "troupeauter", ou encore des chiens de chasse n'ayant pas l'instinct chasseur. A contrario, j'ai vu des Bergers Belges ou des Bergers Hollandais ayant une envie et un besoin de travailler très importants, je dirais même, démesurés !

Je commence donc à rejoindre l'avis de ce Musher Québécois que j'ai eu la chance de rencontrer lors de mon voyage au Canada cet été, et avec lequel j'aimerais continuer à discuter car ce monsieur est passionnant. A savoir, est-ce que ce n'est pas simplement l'humain qui conditionne le chien à tracter, à courir toujours plus pour dépasser des limites qui sont à la base celles de l'humain. Je vous laisse lire un de ces articles ici : http://www.manitoumushers.ca/pourquoi-court-ils/

Je serais curieuse d'avoir des retours de personnes possédant des chien de travail (lignée travail), pour savoir si vous avez déjà rencontré ça avec les vôtres ou encore si quelqu'un à déjà eu ce genre d'informations

Merci pour votre lecture smiley sg3agg29g.gif
Édité 2 fois - Dernière édition: 09/02/2018 à 12:18 Par Waheela.


1518529706-banniere-logo.jpg


E-mail Visiter son site


 
 
 
 
 
 
ΩMorgane Chon



avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 36 (0.75/Jour)
Inscrit(e) le: 04 janvier 2018
Imprimer Permalien mercredi 7 février 2018 à 17:57  

Tu as pu échanger en profondeur sur le sujet avec elle ou pas (j'imagine qu'elle est bien occupée)? Ce serait intéressant d'avoir son ressenti



Visiter son site


 
 
 
 
 
 
Waheela



avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 9 (0.19/Jour)
Inscrit(e) le: 04 janvier 2018
Imprimer Permalien mercredi 7 février 2018 à 18:01  


Citation de Morgane Chon :

Tu as pu échanger en profondeur sur le sujet avec elle ou pas (j'imagine qu'elle est bien occupée)? Ce serait intéressant d'avoir son ressenti



Pas encore, elle est parti ce matin pour la Norvège, je verrais à son retour. Mais le peu de discussion que j'ai eu avec elle n'ont menée à rien, elle est très fixée sur ces idées. J'ai vu de l'évolution, mais là je parle de sa passion depuis plus de 30 ans... De plus il y a toujours son mari avec nous et lui c'est IMPOSSIBLE de discuter de ce genre de chose


1518529706-banniere-logo.jpg


E-mail Anti-spam Visiter son site


 
 
 
 
 
 
claire



avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 4 (0.08/Jour)
Inscrit(e) le: 04 janvier 2018
Imprimer Permalien jeudi 8 février 2018 à 20:04  

Merci pour ton expérience c'est un sujet très intéressant, à quel point la passion de l'humain peut elle "dépasser" celle du chien ! les excès, la fatigue, les blessures, le surentrainement peuvent ils grignoter petit à petit l'envie de travailler de ces chiens, sont ils vraiment tous animés par cette envie de tracter ? ont ils tous un besoin ou /et une envie d'égale intensité ?
Nous avons abordé le sujet à un regroupement avec Maïorga " la motivation du chien de travail" , c'est un sujet qui m'intéresse fortement.




 
 
 
 
 
 
Waheela



avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 9 (0.19/Jour)
Inscrit(e) le: 04 janvier 2018
Imprimer Permalien jeudi 15 février 2018 à 06:41  

Je pense que comme pour les humains, c'est beaucoup une question d'entrainement.
On peut amener les chiens à dépasser leurs limites, mais est-ce que EUX en ont envie ?!

Après, pas tous les chiens ne vont être capable des même choses. Cela peut être pour des raisons de santé (ici on a une louloute dont la température monte lorsqu'elle fait de gros efforts) mais également des raisons de motivations.

Si je compare tout ça aux humains, je vois que dans les sports il existe plusieurs niveaux, en fonction des compétence de chacun mais également de la motivation de chacun. Certains se cantonne à courir 10 km alors que d'autres se préparent toute leur vie pour courir le marathon de New York..

Depuis que je suis en Suède je me rend compte que pour les chiens on ne leur demande pas leur avis, on les oblige à être au niveau que l'on souhaite nous ! Ce niveau que l'on "s'inflige" à nous même. Le chien suit et puis c'est tout.

Si on tombe dans l'anthropomorphisme, on peut se dire que bon, ce sont des athlètes, ça fait partie de la vie d'un athlète les coups de mou, y'a des jours avec et des jours sans, des courbatures, des matins où on a pas envie de s'entrainer etc...

Mais nous on a le choix de le faire ou pas, on a le choix d'avoir ces courbatures, si un matin on a pas envie de partir s'entrainer on a le droit de choisir d'y aller quand même ou de rester sous la couette...

Du coup j'ai été assez triste de devoir mettre le harnais à des loulous qui ne voulaient pas sortir de leur niche, ce n'est pas cette relation que je veux avec eux...

Alors je vois qu'en clientèle il y a très souvent le problème de "pas assez d'activité" mais de l'autre côté, chez les pros, on a le problème de "trop d'activité"...

ça devient compliqué tout ça...




Les loulous sont rentrés hier vers 22h.

Sur les nerfs, impossible de tous les surveiller il y a eu une baston et il y en aurait certainement eu d'autres...

Ils ont choppé un petit virus ce qui les a fait perdre pas mal de poids.

C'était leur première course et ils se sont tapés des conditions de merde avec tempête de neige et des températures plutôt hautes...

J'ai hâte de voir si leur envie de courir est restée là même.


1518529706-banniere-logo.jpg


E-mail Anti-spam Visiter son site


 
 
 
 
 
 
Gaelle13_M



avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 6 (0.13/Jour)
Inscrit(e) le: 04 janvier 2018
Imprimer Permalien Hier à 10:24  

Perso, j'ai toujours était « fasciné » par l'Obéissance. Enfant, j'adorais quand mon père m'emmenait voir des concours et j'étais persuadé que les chiens adoraient ça tant ils m'avaient l'air vif et joyeux.
Ayant un chien super sociable et un autre un brin asocial, je suis allé en centre canin pour mon sociable, Figaro, puisse voir d'autres chiens et partager une activité avec lui.
J'ai commencé par les cours de base, 30 min d'éducation puis un peu d'agility en loisir.
Au bout d'un an et discutant souvent avec le Président du club, il m'a proposé de faire de l'Obéissance. J'ai dit oui de suite sans même me demander si ça conviendrait à Figaro .

Les « Pro » avec leurs chiens de travail sur-sélectionné et sur-entraîné se sont bien moqués de moi quand j'ai débarqué avec mon croisé Akita / Malamute smiley sg3agD.gif
En raison de quelques minutes par jours d’entraînement, Figaro a présenté le CSAU un mois après puis on se préparait à faire le brevet 1.
Figaro est un chien qui est toujours partant, il apprend vite et est demandeur, du coup ça fonctionnait bien mais plus on s’entraînait plus je ressentais une certaine lassitude chez lui.
J'en ai parlé avec les autres et les avis étaient assez unanime : c'est toi qui choisis pas le chien.
Leurs conseils étaient tout aussi simples : sort le et occupes toi de lui uniquement au moment des entraînements, nourrit le qu'à ce moment là et au pire change de chien et prend s'en un qui a était sélectionné pour...
Autant dire que j'ai été un peu refroidi, ça correspond pas à la relation que je veux avec mes chiens.

Peu après il y a eu un concours, j'y suis allé en simple spectatrice et j'ai été surprise de voir mes « collègues » d’entraînement avec des chiens à fond.
J'ai apprit ensuite qu'ils mettaient leurs chiens au calme (enfermé en chenil h24) au moins quatre jours, voir une semaine, avant le concours. Le chien n'est alors sorti que quelques minutes pour réviser les exercices. Normal qu'il soit à fond durant le concours... smiley sg3agg23g.gif


Dans la semaine, j'ai décidé d'arrêter l'Obéissance. Déjà Figaro ne s’éclatait plus autant qu'avant et moi aussi j'étais un peu éc½uré, surtout quand je voyais les chiens des autres qui certes obéissaient au doigt et à l’½il mais à quel prix ?
Quand j'ai annoncé aux autres que je laissais tomber une phrase m'a marqué : Quand on veut devenir bon, il faut faire des sacrifices.
En somme, soit on sacrifie sa carrière, soit on sacrifie sa relation avec le chien...

Bon après j'ai rencontré des personnes qui font de l'Obéissance, parfois à haut niveau, mais avec une mentalité bien différente.
Faut pas généraliser non plus mais je pense que bien souvent c'est l'humain qui décide et le chien qui suit.
Après tout c'est l'humain qui sélectionne les chiens et les entraînent, au final on ne leur demande pas leurs avis.




 
 
 
 
 
 
Waheela



avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 9 (0.19/Jour)
Inscrit(e) le: 04 janvier 2018
Imprimer Permalien Hier à 11:45  

Merci pour ton partage Gaëlle, comme tu dis, pas tout le monde ne fonctionne de cette manière là et j'ai envie de dire heureusement.

Je pense que c'est comme pour tout, dans n'importe quelle discipline et dans la vie de tous les jours que ce soit chez les animaux ou chez les humains : il y a ceux qui font ça pour le plaisir, d'autres pour "la gagne". Un souci supplémentaire lorsqu'on est en équipe (humains ou animaux) est qu'on ne peut pas décider tout seul, on se doit de prendre en considération l'envie, la motivation de son ou ses partenaire(s). Entre humains ce n'est pas compliqué puisque l'on est censé parler la même langue (et si ce n'est pas le cas nous arrivons au moins à se faire comprendre) après c'est soit on tombe d’accord, soit il y a conflit.
Mais avec le chien, bah on fait comme on veut, on arrive à le comprendre ou non, on a envie de le comprendre et de respecter ses envies et sa motivation ou non mais quoi qu'il arrive, on se positionne en "dominant" (moi qui déteste ce terme, je trouve qu'ici il a tout à fait sa place) l'animal "ferme sa gueule" et fait ce qu'on veut de lui (en résumé c'est du "marche ou crève")

NOUS NE SOMMES PAS A L’ÉCOUTE DE NOS ANIMAUX !

Concernant les huskies de course avec lesquels je travaille, j'ai de nouvelles infos.

Ils étaient en sur-entrainement...
En temps normal les entrainement débutent début septembre voire fin Août selon les courses. Arrivé en Suède tard en Octobre, les entrainements se sont enchainés, ils ont avalé pas mal de kilomètres pour préparer la course de la semaine dernière et tout ça les a beaucoup fatigué.
Ils étaient sur les nerfs, sont rentrés en étant toujours sur les nerfs et depuis c'est repos car en plus ils ont chopé une gastro. Là tout le monde semble plus serein et sortent peu des niches.

Je répète : NOUS NE SOMMES PAS A L’ÉCOUTE DE NOS ANIMAUX !

Édité 1 fois - Dernière édition: Hier à 11:49 Par Waheela.


1518529706-banniere-logo.jpg


E-mail Anti-spam Visiter son site


 
 
 
 
 
 
Gaelle13_M



avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 6 (0.13/Jour)
Inscrit(e) le: 04 janvier 2018
Imprimer Permalien Hier à 12:31  

Je suis d'accord, on est pas assez à l'écoute de nos animaux.
Après c'est pas toujours simple de savoir s'ils aiment ou pas les choses qu'on veut leur faire faire...

Figaro est toujours partant pour faire des exercices d'Obé, il a l'air motivé mais si on en fait trop souvent, je vois bien qu'il décroche.
Perso, j'aimerai prendre un chien lignée travail pour refaire de l'Obé mais je n'ai pas non plus envie de le forcer. S'il aime ça tant mieux, sinon tant pis, on trouvera autre chose, mais quand on est dans l'optique de faire des résultats (par exemple en course) c'est plus compliqué.
Puis la personne qui est dedans voit ce qu'elle veut voir.

Contente que ça aille mieux pour les huskies smiley sg3agyesg3ag.gif




 
 
 
 
 
 
zigouille



avatar
Hors ligne

Nombre de posts: 6 (0.15/Jour)
Inscrit(e) le: 12 janvier 2018
Imprimer Permalien Hier à 16:15  

Coucou Aurélie,
Super ton partage d'expérience smiley sg3bgg29g.gif

Pour moi qui bosse depuis deux ans en saison avec différentes races de chiens de travail voici mon avis:
A partir du moment où l'on parle de chien de travail et plus spécifiquement de chien de trait, je me base sur le fait que ce sont des chiens qui ont été utilisé par l'Homme et donc sélectionné en conséquence:
Ils bossent bien, il mord pas, il obéit: c'est un chien qui aura la possibilité de se reproduire.
Le contraire aurait été" un chien "inutile" dans sa fonction donc soit on lui trouvait une autre utilité: chien de troupeau, de garde, jouet pour les enfants ou alors nourriture (dans le cas où ils sont vraiment dangereux pour la survie de l'homme et sa famille). Donc pour moi de base tous les chiens ne sont pas fait pour tracter, mais à force de sélections et de travail donc de conditionnement.
Cependant pour moi, dans le mushing il est important d'avoir des chiens ayant des capacités et motivation différentes : certains tempère, d'autres apaisent, d'autres sont à fond dans le boutot, et c'est ça qui fait la richesse du métier ! (ça serait trop facile si tous les chiens seraient naturellement motivé ^^).
Je pense malgré tout qu'il faut être très dispo , pas juste comprendre ces chiens mais les ressentir vraiment... se mettre à leur place... il y aurait énormément de problème résolu si on accordait des pauses, des temps calme individuel, des temps de jeu individuel, des séances de borssages... bref ... mais j'ai parfois trop souvent la déception de voir que beaucoup de musheur se forment peu voir pas du tout avant d'acquérir un certains nombres de chiens et sont au final avant tout concentré sur leurs objectifs à eux en oubliant parfois que leur chien n'ont pas tous ces objectifs là... l'équilibre est très dur à trouver quand on a un un 30 chiens à gérer, une famille et une entreprise smiley sg3bgg29g.gif

Je pense aussi qu'on est tous conditionnés à vivre en appartement, à aller au WC, à manger assis, à travailler 8h/jour et pourtant on est aussi KO. Donc oui on tire pas un traîneau mais on a aussi nos soucis ... donc j'ai tendance aussi à beaucoup relativiser.

Autre choses, un chien qui ne tracte pas ou peu doit trouver sa fonction dans autre choses ... la Cani rando, ma médiation animale... c'est pour cela que j'ai un peu de mal avec la compétition... il y a pas de place pour les moins sportifs, tout le monde doit être au taquet ^^




 
 
 
 
Chiens de travail  [8 réponses]